© 2019 Adrien Degioanni All rights reserved

Ligne Latente

Dispositif sonore, câbles d’acier, échantillons sonores de silences, aimants, haut-parleurs préparés, amplificateur, lecteur audio, dimensions variables (heure/journée/année).

Vues du premier prototype lors d'un accrochage à Grande Surface

Schéma du traitement sonore et du ralentissement

Ligne Latente est une recherche autour de l'indiscernable, le caché, en 

interrogeant, ici, l’espace restreint du dispositif et de l’œuvre sonore : son corps.
 

Ce corps sonore vibre de l'enregistrement d'une journée de silence (du lieu d'expositions) étiré sur le temps d'une année.

La durée n'étant plus référencée à notre échelle d'écoute, un nouvel espace-temps sonore empêche l'accès à la définition des sons concrets d'origine.


Les évènements enregistrés sont distendus, seules des fréquences persistent sans aucune identification, lissées, quasi figées et pourtant amenant à une dimension nouvelle de ces dits enregistrements.

 

Ouvert aussi bien sur la question de son articulation que de ce qu’il contient, ce dispositif joue sur le paradoxe de ne pouvoir entendre la proposition tant que le visiteur ne fait contact avec l'installation, et donc de ne plus l'observer.

Le son, jusqu'à présent latent, se propage alors à travers sa boîte crânienne et ses tympans, ayant pour effet d'entendre une voix "dans la tête".

2019